Nouveau témoignage - Fin de semaine de silence

Lieu: 
Catégorie: 

J'ai, apparemment, la parole facile et mon travail m'amène à parler beaucoup chaque jour. Penser ne pas dire un mot m'apparaissait, bien honnêtement, comme un défi de grande envergure. C'est justement pour cette raison que j'ai choisi m'inscrire à cette fin de semaine de silence. Je souhaitais sortir de ma zone de confort et voir où cela pourrait me mener.

À mon arrivée, j'étais soucieuse de voir comment serait l'interaction entre les participants. J'ai été rapidement rassurée, voire même surprise, car sans même parler, j'ai senti que les liens étaient d'autant plus forts et véritables. Les sourires que nous échangions étaient plus sincères et les regards plus profonds. C'était vraiment une communion d'âme à âme, une unité parfaite.

J'ai été alors confrontée à une situation plus difficile à gérer. Le véritable silence ne réside pas qu'à l'action de ne pas parler. Le véritable silence consiste beaucoup plus à apprendre à se taire intérieurement et à se laisser habiter totalement par la paix et la joie du moment présent. Pour être honnête, j'ai dû me ramener à l'ordre plus d'une fois.

En prenant la route pour revenir à la maison une fois la fin de semaine terminée, j'en ai profité pour faire mon bilan personnel. Je réalise que le silence ne se commande pas, mais se pratique tous les jours par la méditation et la prière. Je réalise aussi que le fait de se sentir dans l'obligation de parler dès qu'on est en présence de quelqu'un me fait parfois passer à côté de quelque chose de beaucoup plus grand qui se partage dans le silence. Tel que dit dans la Bible, le Seigneur ne se trouve pas dans les grands fracas, mais bien dans la brise légère du vent. Pourquoi ne pas apprendre à faire silence pour encore mieux l'entendre et pour encore mieux vivre en sa présence? 

 

Thérèse Caron