Noël 2015

UN NOËL … CHEZ LES MIGRANTS

Noël nous est présenté chaque année comme le mémorial de la venue sur terre de Jésus; d’un Dieu fait homme pour que l’homme comprenne ses origines divines; d’un Sauveur-Messie qui, par son Amour et sa Vérité, libère un peuple (que nous sommes) de sa servitude à l’ignorance, du péché.

Noël n’est certes pas la question d’un seul jour. Le solstice d’hiver, moment où la nuit est à son plus profond et les jours les plus courts, représente bien la torpeur dans laquelle l’humanité vivait et son grand besoin de Soleil, d’Amour et de Vérité. À partir de ce moment, le Soleil s’élance de nouveau dans sa course triomphante pour atteindre ses jours plus longs. Le Soleil a pour mission de réchauffer et de féconder la terre afin qu’elle produise tout ce que l’humanité a besoin pour vivre autant sur le plan divin que sur le plan matériel.

Dans les ténèbres de l’erreur, où était plongée l’humanité, est apparu le Soleil divin pour illuminer les âmes et les féconder afin qu’elles produisent des fruits divins. Luc ne disait-il pas de Jésus : « Soleil divin, l’astre d’en haut qui vient nous visiter pour illuminer ceux qui gisent dans les ténèbres et l’ombre de la mort » (Lc 1, 78-79)

Mais qui est ce Jésus ? À la lumière de cette phrase de Luc, n’est-il pas un … migrant : quelqu’un qui est venu d’un autre lieu (Royaume de Dieu) sur cette terre pour être la lumière du monde et sauver l’humanité. Il a accepté de s’intégrer à l’humanité en y prenant un corps d’humain, en acceptant ses règles de vie autant au niveau culte (l’enseignement du temple, ses rites, ses préceptes) qu’au niveau civil : « Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Matt. 22,21)

Jésus, comme migrant venu du Royaume de Dieu, a accepté son intégration à l’humanité, mais jamais son assimilation à celle-ci en conservant constamment son désir ultime d’accomplir la volonté de son Père qui est dans le Royaume des Cieux.

 « Car je suis descendu du ciel pour faire, non pas ma propre volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé » (Jean 6, 38).

Jésus leur dit : « Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne savez-vous pas qu’il me faut être à la disposition de mon Père » (Luc 2, 49).

Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre » (Jean 4, 32-38).

« Père, si tu veux écarter de moi cette coupe … Pourtant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se réalise » (Luc 22, 42)

À l’exemple de Jésus, compte tenu que nous avons été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu (Genèse 1, 26) et que notre chute nous a dirigés vers un autre grand pays qu’est la terre, nous devons à juste titre nous considérer ici comme des … migrants. Les Apôtres Paul et Pierre nous le répètent régulièrement dans leurs écrits.

« Bien-aimés, je vous exhorte comme des gens de passage et des étrangers … » (1 Pi 2, 11)

« Conduisez-vous avec crainte durant votre pèlerinage sur terre » (1 Pi 1, 17)

« … et après s’être reconnus pour étrangers et voyageurs sur la terre. » (Héb. 11, 13)

À ce titre, il est important que nous acceptions de nous intégrer aux lois des hommes, qu’elles soient économiques, administratives, civiles, criminelles, etc. …, ces règles nous permettent de vivre en communauté dans le respect de ceux et celles qui nous entourent. Les bases de ces lois interprétées par une multitude de lois sont : ne convoite pas le bien d’autrui, ne porte pas de faux témoignage, ne vole pas, ne commet pas d’adultère, ne convoite pas la femme de ton voisin, ne tue pas. Oui, au même titre que Jésus a dit de donner à César ce qui est à César, acceptons notre intégration aux lois de l’homme si imparfaites soient-elles, mais n’y soyons jamais assimilés. De bien plus hautes lois nous régissent : les lois divines.

En ces jours de Noël, du Soleil (365 jours/année), acceptons d’être avant tout régis par la plus grande loi : celle de l’Amour.

Que cette loi, porteuse de bien d’autres lois comme la loi de miséricorde, de la responsabilité et de la gratitude, nous amène à produire de magnifiques fruits de l’Esprit tels que : le Partage, la Joie, la Paix, la Patience, la Longanimité, la Bonté, la Bénignité, la Mansuétude, la Fidélité, la Modestie, la Chasteté.

Il est important que nous nous laissions assimiler par ces dons qui doivent sans cesse nous guider dans notre pèlerinage sur terre : que la Sagesse, l’Intelligence à comprendre les choses de Dieu, la Force, le Conseil, la Connaissance de la Vérité, l’Adoration et l’Affection comme des fils et des filles de Dieu priment sur toutes autres lois de l’homme.

          « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Act. 5, 29)

          « Soyez d’abord soumis à la volonté divine » (Col. 4,12)

En terminant, je veux procéder à certaines félicitations :

  • Félicitations aux pauvres de coeurs
  • Félicitations aux doux
  • Félicitations à ceux qui acceptent les évènements de la vie
  • Félicitations à ceux qui recherchent la justice
  • Félicitations aux miséricordieux
  • Félicitations aux cœurs purs
  • Félicitations aux artisans de paix
  • Félicitations à ceux qui ne seront pas compris alors qu’ils veulent appliquer la loi de l’Amour.

À vous tous, vous serez assimilés par l’Amour de Dieu et votre fusion avec lui est toute proche.

Que Dieu vous bénisse et que Marie vous protège et vous guide en cette belle fête de Noël et tout au long de 2016.

 

Et l’équipe des Centres et des Fermes

Noël 2015