Lettre de Pâques 2020

Lac Trois-Saumons

Pâques 2020

ReBonjour chers(ères) amis(es)

 

   Ce qui n’était pas possible hier, est possible aujourd’hui ! Pourquoi ? Devenir amis, c’est souvent se trouver un ennemi commun : un virus.

Quelle période ! Foi, Espérance, Charité semblent maintenant devenir des mots à la mode. Ils sont en première page de nos journaux, de nos conversations. Nous disons que dans chaque évènement de notre vie, que l’on juge personnellement positif ou négatif, il y a du beau, du bon, du juste, de l’honorable. Nous devons seulement nous y arrêter pour le découvrir.

   Eh bien en cette période du carême qui nous mènera à la résurrection, nous voilà en plein laboratoire pratique. À nous d’en faire les preuves.

   Revoyons une certaine chronologie des évènements. Le 26 février dernier, nous amorcions le carême avec le mercredi des cendres. Période où chacun de nous est appelé à réfléchir sur nos comportements, nos attitudes, sur nos valeurs et, plus particulièrement, pour nous fils et filles de Dieu, sur les valeurs de la Bonne Nouvelle (Évangile). Est-ce que nous mettons en pratique ce que nous demande le message de Jésus : réfléchir sur les meilleurs moyens d’être heureux.

   Le bonheur nous arrive-t-il par la consommation effrénée, par le travail, par nos activités culturelles, sportives, sociales, par un ensemble d’autres actions parfois artificielles ou illusoires? Comme le dirait notre cousin français : « Il est où le bonheur ? » Et si tout cela disparaissait et même si nos rassemblements religieux disparaissaient, que nous resterait-il ?

   Eh up un petit microbe, quasi invisible apparaissait le 28 février chez une personne revenant d’un voyage et par la suite, beaucoup d’autres. En un clin d’oeil, du jamais vu de notre vie, en quelques jours, tout bascule : consommation limitée; activités culturelles, sportives, sociales interdites; travail massif fermé, déplacement contrôlé, distanciation sociale obligée, voir même rassemblement religieux interdit. Tout cela en quelques jours. Que nous reste-t-il ?

TOUT

   Certes, tout changement drastique comme celui que nous vivons amène de la peur, de la panique, de la souffrance, voir même la mort physique. À tout cela, nous devons compatir et apporter réconfort à ceux et celles qui le vivent plus difficilement. Nous sommes tous appelés à partager nos biens, nos conseils, notre force, notre patience, notre foi, notre espérance, mais surtout notre amour.

   Une autre citation nous permet de mieux comprendre : « Comment nous pouvons devenir tellement intelligents lorsque nous manquons d’argent … ou de tout autre bien. »

   Il nous est demandé de vivre autrement et il est des plus intéressant de voir comment le divin en nous est capable de bien réagir.

   Regardons:

- La force de nos dirigeants civils et religieux à apporter des solutions aux problèmes de nos sociétés

- Combien il est facile de trouver des ressources (en plusieurs milliards de dollars) nécessaires à supporter les besoins des plus démunis

- Comment tout d’un coup nos systèmes de santé, d’éducation, d’assistance sociale, de travail réagissent bien alors qu’il y a à peine un mois, tous ces systèmes étaient critiqués

   Regardons :

- Les gens s’entraider d’une multitude de façons

- Comment nos aînés sont soutenus

- Comment nos artistes offrent des spectacles gratuits à la télévision, par internet et comment tous nos systèmes électroniques viennent en soutien à l’humanité

- Comment les gens se rencontrent, se sourient et se disent « Ça va bien aller »

- Comment les entreprises s’entraident

- Comment le bénévolat sous toutes ces formes augmente

- Comment nos besoins diminuent. Un ami me disait que ses cartes de crédit totalisaient mensuellement au-delà de $3 000 alors que ce dernier mois, le total n’avait pas dépassé $300. Et le pétrole qui baisse …

   Comment cela est possible ? Tout simplement parce que nous avons changé notre rythme de vie. Mais lorsque ce petit virus partira, allons-nous revenir comme avant ? Pourquoi ne pas profiter de cette période de réflexion pour nous réaligner avec des valeurs plus sûres, sachant quelque peu nous restreindre, apprendre à partager, à mieux vivre ? Pourquoi ne pas profiter de cette période pour restructurer notre vie autour de valeurs réelles pleines de bon, de beau, de juste, de louange ? Pour savoir comment faire, approfondissons, il est encore temps, les béatitudes tel que présentées par Jésus lors de son passage avec nous sur terre.

   Faisons de ces béatitudes notre nouvelle pandémie du bonheur. Cela aussi c’est contagieux, mais différemment du coronavirus. Cette pandémie peut être éternelle.

   Quant à moi, j’écris la collection du « Soleil levant » où cinquante petits feuillets (d’environ vingt pages) sont en préparation sur autant de sujets que notre ami Laurent nous a laissés lors de son passage lui aussi parmi nous (j’ai déjà complété six feuillets). Je vous en reparlerai plus abondamment ainsi que des nouvelles de Pen.V.S.Inc. dans une autre missive.

   En terminant, pensons à tous ceux et celles qui souffrent pendant cette période. Aidons-les. Remercions également tous ces anges gardiens que Dieu a placé tout autour de nous.

« Tout va bien aller »

   Avec Dieu, Marie et Laurent qui nous protègent et nous bénissent

 

Jacques Pelletier

 + + +