Historique

Historique de Pen V.S. inc.

Le soleil levant

C’est en 1974 que Laurent Gagnon ptre, qui est en mission au Guatémala, reçoit une demande, de bienfaiteurs du Québec, de leur faire une retraite.  Sur un terrain qui lui appartient au Lac Trois Saumons il décide de bâtir ce qui sera appelé le Soleil Levant.  À la première session de neuf jours, il  y aura douze participants

 

Étoile du matin

En 1975, comme il y avait eu beaucoup de bouche à oreille, la demande était forte et il dût construire l’Étoile du Matin.  Comme plus de monde arrivait, on préparait les repas à l’intérieur, mais on devait manger à l’extérieur faute de place.  La messe du soir remplissait tous les coins (plus de 50 personnes) on aimait les longs sermons du curé.   Il y a eu deux sessions cette année-là.

 

La tige de Jessé

En 1976, on en redemande encore.  Il y aura trois sessions, de plus de 30 personnes.  Les gens revenaient malgré les installations bien précaires:  le strict minimum (un certain Charles, assez grand, dû percer le mur afin de pouvoir s’allonger les pieds).  Cette année-là, le processus des sessions fut établi : trois conférences par jour d’une durée d’une heure chacune, le chapelet et la messe avec un long sermon.  On construit la Tige de Jesse qui servait de bibliothèque, de cafétéria ainsi que salle de conférences.

La PyramideEn 1977, Laurent et l’équipe reviennent au Québec en permanence.  Il y a plus de 50 personnes par session.  On aura 4 sessions et une nouvelle construction, la Pyramide qui servira pour les conférences.

 

À l’automne 1977 et à l’été 1978, on bâtira la Trinité. Il y aura neuf sessions cette année-là.

La Trinité  La Trinité

La Chapelle

En 1979, on construit la Chapelle de 200 places qui est déjà remplie à craquer lors des soirées de prière et fêtes spéciales.  On doit installer des haut-parleurs à l’extérieur.  On aura douze sessions et ce sera le début des réunions à l’extérieur (Mégantic, Victoriaville et Québec) au cours de l’année. 

En 1980, ça déborde encore.  On construira l’Alliance,L'Alliance quinze sessions, plus de 1,100 personnes seront au rendez-vous. 

 

La grotte à la Vièrge

On  construit la grotte à la Vierge qui arrivera le 13 mars 1981 et sera inauguré le 30 mai lors d’une fête de Marie.  On célébrera les 35 ans de prêtrise de Laurent tout au long des seize sessions qui se tiendront cette année-là.

St-Michel

En 1982, suite à un rêve d’un disciple, qui avait vu le plan, la décision est prise de construire St Michel.

Le projet des fermes débutera par Melbourne (13 juin 1983).  C’était un projet que Laurent avait essayé de mettre en place au Guatemala, mais qui avait été bloqué par les grands producteurs.  Il l’a donc réalisé ici au Québec.  Les disciples y pratiquent l’entraide, le service et ce qu’ils apprennent dans les conférences,  C’est la base de l’évangélisation de Laurent « apprendre dans les écritures et faire au quotidien ».  La même année il y a eu St Albert, St Antoine de Tilly, St Eugène et St Lambert de Lauzon.  En 1984  St Ferréol des Neiges. 

En 1985 suite au débordement sans précédent des disciples pour la fête de l’Assomption où les gens avaient été obligés de stationner dans la rue, l’idée est venue à Laurent de faire des centres à l’extérieur.

Donc en 1986, le Centre St Antoine est né.  Il y a eu aussi cette année-là, l’acquisition de la ferme St Paulin.

En 1988 le Centre de Melbourne en Estrie a vu le jour.

En 1990 le Centre St Calixte sur la montagne est construit.

En 1991 on bâtira à St Calixte La Source d’Eau Vive pour personnes âgées autonomes.

En 1998 le dernier chantier de Laurent Gagnon, mais non le moindre : la construction de Croix Glorieuse

Croix glorieuse-Lac Trois Saumons     Croix glorieuse-Centre Melbourne  Croix glorieuse-St-Albert  Croix glorieuse-St-Antoine  Croix glorieuse-St-Calixte 

à travers le Québec où la prière quotidienne qui s’y fait attire sans l’ombre d’un doute, protection et bénédictions pour notre province.

Pour Laurent, un fervent dévot de Marie, tout débutait ou était acheté lors d’une fête de Marie, comme il l’avait toujours fait au Guatemala.  Le financier était toujours au rendez-vous avant les dépenses.  Jamais d’incident majeur; les incidents (coupure, brûlure et écorchure) se corrigeaient rapidement.  La plus grosse session a  réuni 107 disciples et on n’a jamais su le nombre pour cette fête de l’Assomption de 1985.

Animé et guidé par l’Esprit Saint, voilà un bien pauvre historique de l’œuvre de Laurent Gagnon, car les vrais fruits de son œuvre ne sont pas ses réalisations matérielles, mais les nombreuses transformations qu’il a opérées dans le corps, les coeurs et l’esprit de milliers de disciples et savez-vous quoi  - « ça continue ».